La Cartomancie d'autrefois

Publié le 13 Avril 2018

La Cartomancie d'autrefois

     En matière de cartomancie, il n'est pas simple de dénouer le vrai du faux... Tout simplement parce que tout le monde a raison, même lorsque les avis se contredisent. En effet, l'art de tirer les cartes à jouer classiques est avant tout un système de convention qui s'établit entre le cartomancien et son jeu. Chaque carte s'attribue alors des symbolismes qui conviennent à son utilisateur.

     Je traite souvent de cartomancie, un vieil amour de jeunesse qui fût mes débuts. Depuis plus de vingt ans, je n'ai cessé de partir en investigations sur le sujet, remonter d'auteurs en auteurs, collectionner la plupart des jeux existant sur le sujet, etc. Malgré tout, aujourd'hui encore, je reste incapable d'annoncer des valeurs certaines et définitives pour chaque carte. Preuve qu'il existe là aussi autant de vérités que de personnes !

 

     Ce nouvel article sur la cartomancie ne vous propose pas une énième synthèse de mon cru, mais va comparer les différentes interprétations qui étaient autrefois attribuées à chaque cartes.

 

 

La Cartomancie d'autrefois

 

Bref historique de la Cartomancie

 

     Pour mieux comprendre ce sujet, il me semble essentiel de pouvoir le situer et d'en connaître ses premiers investigateurs... 

     Historiquement, la première référence aux jeux de cartes remonte à la Chine du IXème siècle. Ils se diffusent ensuite en Asie jusqu'au XIème siècle, avant d'arriver au Maghreb où ils évolueront selon la tradition musulmane. Leur arrivée en Europe dépend des sources : 1330 par l'Espagne, 1376 par l'Italie ou 1381 par la France... Il est communément admis que ce n'est qu'au XVI-me siècle que les jeux de cartes font véritablement leur entrée publique en Europe, supposée descendants des jeux de cartes orientaux.

 

     L'aspect divinatoire des cartes à jouer est évoquée dès le XVème siècle, mais ce n'est qu'au XVIIIème siècle qu'elle connaîtra son apogée, principalement grâce à l'occultiste français Jean-Baptiste Alliette Le Jeune (dit Etteilla), dont les travaux popularisent ce qu'il appelait alors la "cartonomancie française".

     Après avoir créé (en 1753) son premier jeu de 32 cartes annotées de leurs significations, Etteilla découvre l'ouvrage d'Antoine Court de Gébelin "Le Monde Primitif", dont le huitième tome (publié en 1781) évoque l'interprétation des cartes du tarot. Court de Gébelin y évoquera succinctement les 22 Arcanes Majeurs du tarot, puis passera la main à "M. le C. de M.***" (supposé M. le Comte de Mellet) pour détailler les valeurs des cartes classiques.

     De cette étude, Etteilla proposera plus tard son Grand Etteilla ou Tarot Egyptien, qu'il appellera "cartonomancie égyptienne". Si son travail sur les 56 Arcanes Mineurs (équivalent des cartes classiques) reste une référence incontestable en la matière, son interprétation des 22 Arcanes Majeurs l'a au contraire totalement décrédibilisé. En effet, n'ayant su en saisir la profondeur philosophique, il tenta de rendre leur interprétation aussi factuelle que pour les arcanes mineurs, s'attirant alors les foudres de ses pairs.
     Par chance, c'est son interprétation des Arcanes Mineurs (équivalent des cartes classiques) qui nous intéresse ici ! (pour les Arcanes Majeurs, je vous conseille les travaux d'Oswald Wirth)

     Bref, le relais fut ensuite pris dès le XIXème siècle par la légendaire Marie-Anne Adélaïde Le Normand (alias Mlle Lenromand, la Sybille des faubourgs Saint-Germain). S'inspirant de l'oeuvre d'Etteilla, elle développa plus encore ses travaux en les agrémentant de la large science qu'elle possédait.

     

     Ainsi, l'étude qui est proposée aujourd'hui va se pencher sur les travaux de ces trois auteurs, à la base de l'interprétation des cartes telle que nous la connaissons aujourd'hui. Si seulement quelques cartes sont évoquées dans l'oeuvre de Court de Gébelin, les travaux d'Etteilla et de Mlle Lenormand sont des traces plus détaillées.

     Concernant l'étude de Mlle Lenormand, je souligne qu'il s'agira ici des livres écrits de sa main et du seul jeu qu'elle a conçu : Le Grand Jeu de Mlle Lenormand. Rappelons effectivement que les jeux modernes intitulés "Petit Lenormand", bien que d'excellents support, n'ont jamais été conçus par Mlle Lenormand, et diffère en tout point des valeurs que celle-ci attribuait aux cartes. (plus de détails dans l'article en lien ci-dessous).

 

 

Structure du jeu de Cartomancie

 

     Basés sur le calendrier grégorien (parfois dit inspiré de l’ancien calendrier lunaire égyptien), les 52 cartes représentent les 52 semaines de l’année, et les 12 figures de cour ses 12 mois (ou aussi les 12 signes du zodiaque). Les 13 cartes par famille représentent les 13 lunes d’une année. De plus en numérologie, 52 se décompose en 5+2=7, soit les 7 planètes principales du système solaire (et le chiffre de base dans l’étude numérologie des jeu de Cartes et de Tarot).

     De plus, en additionnant les valeurs de toutes les cartes (de 1 pour l’As à 13 pour le Roi, multiplié par 4 familles) plus 1 pour le Joker (qui, bien qu’inventé seulement en 1870, serait initialement le fou du Tarot), nous obtenons un total de 365, soit le nombre de jours dans l’année. Un second Joker est généralement ajouté dans les jeux modernes donnant 366, nombre de jours d’une année bissextile.

 

      Les 4 familles quant à elles symbolisent les 4 saisons, reliées aux 4 éléments, marquant aussi les 4 semaines de chaque mois. Les 4 As marqueraient les 2 Solstices et les 2 Equinoxes. Les jeux sont divisés en deux couleurs (rouge et noir), représentant le jour et la nuit, ainsi que tous les opposés complémentaires attribuées au Yin et au Yang.

 

     Nous pouvons le constater, que dans sa structure, rien n’a été laissé au hasard. C’est sans doute pour ces raisons que l’on s’est très tôt penché sur ses valeurs symboliques.

 

 

52 ou 56 Cartes ?

 

     Les premiers jeux de cartes européens comprenaient comme figure de cour le Roi, le Cavalier et le Valet (ou Fante en italien, "Fantassin"). Lorsque l'on voulut y ajouter les 4 Reines, en Italie elles furent ajoutées en plus des trois figures masculines existantes, passant le jeu de 52 à 56 cartes. En France cependant, elles prirent la place des Cavalier, sans doute afin de conserver la symbolique du nombre complet des cartes (52, que nous avons développé ci-dessus).

 

 

32 ou 36 Cartes ?

 

     L’emploi réduit d’un jeu de 52 cartes est principalement employé pour le jeu de Belotte, de Manille et le jeu de Piquet créé par Charles VII (alors appelé "Cent" au XVIème siècle). Il se jouait originellement à 36 cartes (avec l’ajout des quatre 6), mais fut simplifié au nombre de 32 au XVIIème.

     Ce jeu plus courant et moins coûteux (voire plus simple à réaliser soi-même, comme c'était souvent le cas à l'époque), était très répandu à l’époque où naquit la Cartomancie. De plus, l’étude de 32 cartes s’avérait moins laborieuse qu’un jeu complet de 52 cartes, on comprend alors aisément le choix de ce jeu pour les prédictions.

 

La Cartomancie d'autrefois

Quelques généralités

 

     Avant de détailler chaque carte une à une, voici quelques généralités synthétisées selon les écrits des trois auteurs cités plus haut.

- Les Carreaux représentent la campagne et le travail (généralement agraire)
- Les Trèfles représentent le commerce, la richesse, l'argent et les possessions (les membre de cette famille ont généralement les cheveux foncés, châtains ou bruns)
- Les Cœurs représentent la vie citadine, la ville où l'on vit, les proches et les sentiments (les membre de cette famille ont généralement les cheveux clairs, châtains, roux ou blonds)
- Les Piques représentent la justice, l'administration, les épreuves et les imprévus

     Si l'on veut comparer les familles de la cartomancie avec celles du tarot, nous obtenons :
- Les Épées pour les Piques
- Les Coupes pour les Cœurs
- Les Deniers pour les Trèfles
- Les Bâtons pour les Carreaux
     (Cela peut surprendre pour les Trèfles et les Carreaux, mais c'est ainsi qu'autrefois la comparaison était faite et se retrouve dans les symboliques divinatoires).

- Les Rois sont des souverains, des parents, des magistrats, des hommes mûrs
- Les Dames sont puissantes, adroites, tantôt fidèles ou légères, passionnées ou indifférentes, confidentes ou rivales...
- Les Valets sont de jeune gens, amoureux, guerriers, petits-maîtres, rivaux...
- Les 7 et les 8 étaient parfois associés à des jeunes filles (aujourd'hui seuls les 8 de Cœurs et de Trèfles symbolisent encore des jeunes filles, blonde pour la première, brune pour la seconde)

     Très axé sur la numérologie, on peut souligner ces notions :
- Les 1 (As) représentent l'énergie pure et brute d'une famille
- Les 9 sont l'apogée des valeurs d'une famille à leur paroxysme (plus grand bonheur pour le 9 de Coeur, la meilleure carte du jeu, aux plus grands malheurs avec le 9 de Piques, la pire carte du jeu)
- Les 10 l'accomplissement, le résultat final, la synthèse des énergies d'une famille (10 de Coeurs représente "La Ville" pour cette famille citadine, le 10 de Carreaux "La Campagne" pour cette famille de campagne, le 10 de Trèfle est "L'Argent" pour cette famille d'argent, et le 10 de Piques "Les Peines" pour cette famille d'épreuves).
     
Les autres chiffres possèdent aussi des points communs mais moins marqués que ceux-là.

     Au sujet des As, C. de Gébelin précise aussi qu'ils annoncent des lettres et des nouvelles. particulièrement l'As de Deniers dit "Le Borgne" (Le Soleil, Apollon) puisqu'il voyage dans le monde et voit tout. Etonnamment, l'As de Deniers correspond à l'As de Trèfles, alors que dans la cartomancie moderne c'est souvent à l'As de Carreaux qu'est associé la carte des lettres et nouvelles. Mais nous verrons vite que ce n'est pas là le seul sujet de divergence entre les auteurs...
   On souligne aussi qu'un pique entourré de deux trèfles est moins dangereux, mais qu'un trèfle entouré de deux piques est moins fortuné. Et si des mauvaises cartes (Piques) sont suivies de très bonnes, cela peut indiquer qu'on a couru un grand danger mais qu'il est passé et que la fortune change de face.

     Etc.

 

La Cartomancie d'autrefois

 

Etude comparative version 32 cartes

 

     Nous retrouvons ici les notions décrites :
- Par Etteilla avec son jeu Le Petit Etteilla (1753). Comme le montre l'image ci-dessus qui illustre ce fameux jeu, chaque carte possède un titre à l'endroit et à l'envers, sous lequel est inscrit un sous-titre (correspondant au numéro de la carte, inexistant sur quelques cartes) que vous retrouverez en détail, l'endroit et l'envers distingués par un slash / 
- Par Mlle Lenormand dans son livre "L'Oracle Parfait; ou Le Passe-Temps des Dames : Art de tirer les cartes avec explication" (Ed 1875) 
- Lorsque cela sera possible, les significations tirées du huitième volume de Court de Gébelin "Le Monde Primitif" (1981) seront annotées

 

CARREAUX

Roi

Etteilla: Un Homme/Un Homme – Fidélité/Père

Mlle Lenormand: Étranger hautain, difficile en affaire, volage en amour

Dame

Etteilla: Une Femme/Une femme – L'Air/Mère

Mlle Lenormand: Étrangère jalouse, acariâtre, intrigante

Valet

Etteilla: Militaire/Domestique – Fierté/Parent

Mlle Lenormand: Étranger turbulent, ambitieux, flatteur ou rampant

As

Etteilla: Lettre/Billet – Solitude/Beau-Père

Mlle Lenormand: Lettre, billet de banque, contrat… Indiscrétion

10

Etteilla: Or/Trahison – L'Eau/Commencement

C. de Gébelin: La Campagne

Mlle Lenormand: Voyages par terre et sur mer, longs ou courts

9

Etteilla: Retard/Entreprise – Pauvreté/Avantage

C. de Gébelin: Désigne le retard en bien ou en mal

Mlle Lenormand: Nouvelles, bonnes ou mauvaises selon entourage

8

Etteilla: Campagne/Chagrin – Richesse/Fin

Mlle Lenormand: Petit voyage, déplacement, pour loisir ou affaire

7

Etteilla: Caquets/Naissance – Le Présent/Bon

Mlle Lenormand: Fille étrangère, peine de cœur ou élévation

 

 

COEURS

Roi

Etteilla: H Blond/H Châtain-Bl. – Marque au visage/Tuteur

Mlle Lenormand: Ami de tout cœur, dévoué, bienfaisant

Dame

Etteilla: F Blonde/F Châtaine-Bl. – Inconstance/Belle-Mère

Mlle Lenormand: Amie affectionnée, se fait gloire de faire du bien

Valet

Etteilla: Garçon Bl./Garçon Châtain Bl. - Générosité/Enfant

Mlle Lenormand: Garçon de bon cœur, ami sincère et bienfaisant

As

Etteilla: Mars/Table Extraordinaire

Mlle Lenormand: Maison, foyer, famille

10

Etteilla: Ville/Héritage – Envieux/Mariage Forcé

C. de Gébelin: La Ville

Mlle Lenormand: Bonheur, heureux amour, plaisirs agréables, mariage

9

Etteilla: Victoire/Ennui – Curiosité/Empêchement

C. de Gébelin: Carte du Soleil, le "Grand Neuf", annonce toujours des choses brillantes, agréables, des succès

Mlle Lenormand: Victoire, accomplissement, éclaircissement, réalisation

8

Etteilla: Fille Blonde/Fille Châtaine-Blonde – Fleurs/Sœur

Mlle Lenormand: Joie, réjouissance, honneurs, fortune, avancement

7

La Pensée/Désir – Cœur/Hypocrisie

Mlle Lenormand: Fille amie de tout cœur, rendra de grands services

 

 

PIQUES

Roi

Etteilla: H. de Robe/H. Veuf – Science/Faiblesse de Bravoure

Mlle Lenormand: Faux ami, mauvais parent, mari brutal et avare

Dame

Etteilla: F. Veuve/F. du Monde – Vie/Avarice

Mlle Lenormand: Fausse amie, médisante, parente jalouse

Valet

Etteilla: Envoyé/Espion – Compagnie/Rapt

Mlle Lenormand: Garçon méchant, hautain, mauvaise réputation

As

Etteilla: Vénus/Grossesse

Mlle Lenormand: Persévérance, constance, possession, bonheur

10

Etteilla: Pleurs/Perte – Jalousie/Le Feu

C. de Gébelin: Peines et chagrins

Mlle Lenormand: Tristesse, peine de cœur, déceptions, parfois deuil

9

Etteilla: Ecclésiastique/Saturne

C. de Gébelin: Carte funeste, la plus mauvaise carte, présage de ruine, maladies, mort

Mlle Lenormand: Rupture, fin, parfois mort (mais jamais mort d'homme)

8

Etteilla: Maladie/Religieuse – Prudence/Ambition

Mlle Lenormand: Afflictions, larmes, contrariétés, tribulations

7

Etteilla: Espérance/Amitié – Force/Indécision

Mlle Lenormand: Fausseté, infidélité, volage, rivale

 

 

TREFLES

Roi

Etteilla: H. Brun / H. Châtain Brun – Moins/Époux

Mlle Lenormand: Ami fidèle, obligeant, prudent, fait le bien

Dame

Etteilla: F. Brune / F. Châtaine-Brune – Bavard/Épouse

Mlle Lenormand: Amie fidèle et dévouée, respectée, discrète

Valet

Etteilla: G. Brun / G. Châtain-Brun – Esprit/Frère

Mlle Lenormand: Garçon vertueux, ami dévoué, bienfaisant, discret

As

Etteilla: Bourse d'Argent / Noblesse – Orphelin/Rancune

Mlle Lenormand: Succès, célébrité, chance, protection, abondance

10

Etteilla: Maison / Amant – L'Avenir/Le Passé

C. de Gébelin: Fortune, argent

Mlle Lenormand: Beaucoup d'argent inattendu, spéculation avantageuse

9

Etteilla: Effet / Un Présent – Indiscrétion/Jeux

C. de Gébelin: Le "Petit Neuf" est aussi une carte heureuse

Mlle Lenormand: Un présent (+Trèfles: argent; +Coeur: objet; +Carreau:¨modeste; +Pique; déplaisant)

8

Etteilla: Fille Brune / F. Châtaine-Brune – Art/Éloignement

Mlle Lenormand: Argent gagné, fortune, augmentation, bénéfices

7

Etteilla: Argent / Embarras – Haine/La Terre

Mlle Lenormand: Fille entreprenante, qui rend service, amante/rivale

 

     Déjà, libre à chacun de tenter de trouver le fil conducteur entre ces opinions parfois divergents, mais parfois regroupés. N'oublions pas non plus que les termes utilisés le sont dans un ancien français, et dans un contexte historique et culturel spécifique.

 

Etude comparative version 52 cartes

 

     Nous retrouvons ici les notions décrites :
- Par Etteilla avec son jeu Le Grand Etteilla ou Tarot Egyptien (1789).
- Par Mlle Lenormand avec son jeu le Grand je de Mlle Lenormand
- Lorsque cela sera possible, les significations tirées du huitième volume de Court de Gébelin "Le Monde Primitif" (1981) seront annotées

 

(Etude comparative des 52 cartes à venir prochainement)

 

La Cartomancie d'autrefois

QUELQUES CONFUSIONS FRÉQUENTES

 

Quiproquos

                Voici une liste de quelques exemples des déformations subies par des modulations d’interprétation de certaines cartes :

 

     L’As de Cœurs représente généralement la joie débordante et partagée. Autrefois on lui attribuait donc l’image de festivités que l’on nommait alors « Table », comme pour les plaisirs de la table. Or il arrive de lire que cette carte, de part son nom, évoque la table de la Loi et aurait alors juste pour valeur de confirmer les autres prédictions.

     Le 4 de Cœurs évoque l’ennui et la lassitude. Souvent annotée du simple mot « Ennui », cette carte devint alors pour certains la carte des ennuis et des tracas, et non plus de l’ennui.

     Le 6 de Trèfles était originalement « Le Présent » (dans le sens l’instant présent), et plus tard deviendra souvent « Un Présent » (un cadeau). Alors que la carte « Un présent » était autrefois attribuée au 4 de Trèfles. Dans les tarots modernes, on représente souvent cette carte (6 de Deniers) comme un noble donnant la charité à des mendiants, soulignant bien le changement d’interprétation de cette carte, basée sur une simple erreur d’homonyme.

     Le 6 de Carreaux portait le nom de « Domestique », en référence à la vie privée et aux affaires domestiques. Certains considèreront plus tard cette carte comme « Un Domestique » devenant alors symbole de serviabilité.

     Le 7 de Cœurs était intitulé « Pensée » dans le sens où l’on pense à vous, de manière amicale. C’est maintenant souvent devenu la carte des pensées du consultant, et même celle de la rêverie et des illusions dans les Tarots modernes.

     Le 8 de Trèfles inversé porte parfois le terme « Usure ». Il était initialement employé pour désigner un usurier, et autres abus de confiance. Certain auront vite traduit ce terme par la notion « d’usé », de dégradation, de quelque chose qui s’effrite.

     Le 9 de Trèfles, autrefois nommé « Effet » évoquait l’idée d’obtenir des résultats. Le mot effet devint alors parfois, par déformation, celui des biens matériels, des « Effets ». Elle est aujourd’hui plus souvent intitulée « Attention », indiquant le soutien d’un tiers en vue d’une amélioration.

     Le 9 de piques, considérée de tous temps comme la pire carte du jeu. A l’époque où l’on cherchait à associer les cartes aux symbolismes du Tarot (sans vraiment les comprendre encore), celle-ci rappelait parfois l’Ermite et était autrefois appelée « Ecclésiastique » (dans le sens d’une vie triste, ou de chercher la consolation dans la religion, voire d’appeler un prêtre lorsqu’il s’agissait d’être sur son lit de mort). Elle annonçait en tout cas de funestes fatalités. Plus tard on trouvera des jeux ou les caractéristiques ecclésiastiques positives seront attribuées à cette carte (célibat, piété, abnégation, générosité, écoute…). Des valeurs très différentes.

 

Cartes à polémique

     Face à tant de contradiction, il arrive qu’il soit aujourd’hui encore difficile de trancher le sens de certaines cartes, même en confrontant les auteurs anciens. En voici quelques exemples :

     Le 8 de Carreaux incarne une dualité de concept liée à la subtilité de la langue française. Appelée « Campagne » ou parfois « Partie de Campagne », elle a toujours symbolisé des déplacements agréables.
     Or certains y voient des séjours à la campagne (les carreaux étant, de plus, la famille qui représente la campagne), se mettre au vert. Mais certains y auront aussi vu la notion de "faire campagne" (comme une campagne publicitaire, politique, ou autre), donc des démarches et des activités professionnelles. La plupart des jeux donnent cette double notion à cette carte.

     Le 10 de Carreaux possède deux interprétations distinctes. La plus connue est celle du voyage, déplacement, voire déménagement. Court de Gébelin (premier auteur à écrire sur les cartes divinatoires) appelle cette carte "La Campagne", ce qui peut signifier (comme nous venons de le voir avec le 8 de Carreaux) autant se mettre au vert que de faire des déplacements professionnels.
     Or Etteilla et Mlle Lenormand (qui restent les références incontestables en ce sujet) parlent de lourds projets imposant la méfiance et la prudence contre d’éventuelle trahison. Nous retrouverons souvent cette notion dans les tarots illustrés, ou cette carte (10 des Bâtons) représente le poids des responsabilités, une victoire pesante.

 

 

 

     Ainsi nous pouvons constater que dès le départ il fut difficile de mettre d'accord les auteurs le plus réputés de l'époque, pas étonnant donc qu'aujourd'hui nous soyons incapables de se frayer un chemin entre troutes ces interprétations. Libre à chacun d'obter pour une tentative de synthèse de ces diverses méthodes, de choisir celle qui lui convient le mieux, ou de créer la sienne selon ses propres connaissances et ressenti.

 

 

 

Retrouvez plus d'informations sur ce sujet dans mon livre, disponible sur Amazon ou en lien sur mon site : https://www.guidances-energies.com/enseignement

La Cartomancie d'autrefois

 

     Articles associés :

Rédigé par Aedán Myrddin

Publié dans #Divinations et Voyances

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article